6 décembre 2015

Ma petite Margaux,
Pardonne moi ces quelques larmes au-dessus de ton berceau, pardonne-moi de prendre ma plume plutôt que la parole, pardonne mes effusions d’émotions, mes gargarismes intellectuels, mes figures de style désuètes et mes tours de passe-passe littéraires. Etre habile sur un clavier, bien au chaud derrière un écran, cela n’a jamais été la définition d’un combat pour moi… Mais je ne sais pas me battre autrement.

Qui sait, à l’heure où tu liras tes premiers mots, je serai peut-être devenu un vieux con ? Encore plus proche de renoncer à mes espoirs et à mes idéaux que je ne le suis à présent. Alors vite, vite, je fais couler l’encre tant qu’il est temps…
Tu es né le 31 janvier 2015, 24 jours après la tuerie de Charlie Hebdo.
Tu vas décorer ton premier sapin à peine un mois après la violence inouïe des attentats de Paris, le 13 novembre. Souffleras-tu ta première bougie dans un pays où le Front National gouvernera 6 régions sur 12 ?

Encore une fois, à l’heure où tu seras capable de lire mes mots, peut-être que ta présidente de la république sera une certaine M.L.P – Pardon je dis « ta » car je ne pourrais jamais dire « ma »  – et peut-être que le monde sera génial d’ici là, grâce à elle. Puisque nous sommes dans les suppositions, on peut l’envisager, comme on peut tout à fait envisager le fait que nous mangerons du caca de licorne en guise de crème glacée… Pourquoi pas ?

Mais là tu vois, à l’heure où j’écris, je fais un petit bilan. A froid. Et je me demande ce qui déconne chez moi ? Et chez les autres ? Qu’est ce qui fait qu’en 2002, nous étions tous, tout azimut, à vouloir barrer la route de la présidentielle à ce cher Papa de la grosse dame blonde, alors qu’en 2015, ben… on s’énerve gentiment sur Facebook et twitter pendant une petite soirée avant de trouver ça « plutôt banal finalement ». Ah, là, là, tu vois, je te l’avais dit, je deviens un vieux con qui trouve que « c’était mieux avant ! ». Mais franchement, je me demande ce qui fait qu’on est passé de « la jeunesse emmerde le front national » à tous ces petits jeunes de 20 balais qui sont séduits par les idées du FN. Voilà que je suis plus dans le coup ? (« Dans le coup » : Expression qui faisait rage au début des années 80, succédant à l’expression des années disco : « t’es in »). Merde alors.

Je suis partagé. Entre des flots d’informations perpétuels et ce que je t’en dis, entre notre impact écologique sur cette pauvre planète et ton confort, entre la légitimité d’être l’espèce dominante et ton bonheur, entre un tas d’autres paradoxes en ma qualité de petit occidental consumériste repenti qui fait c’qui peut pour assumer ce qu’il est… Bref, je suis humain, je doute… le doute m’habite… hé oui !

Avant de ranger mes pensées philosophiques à la BHL ou à la Onfray  au fond du tiroir à chemises blanches, je voulais juste te dire que je t’aime ma petite Margaux. J’aime Jules, ton frère, ma petite Margaux. J’aime Agnès, ta maman, ma petite Margaux. Par extension, j’aime tous les humains de cette planète, ma petite Margaux. Et ça, je t’assure que c’est un boulot à plein temps. Mais ouais je les aime ! Même la grosse conne !

Euh non… attention, j’ai pas dit que j’étais Jésus Christ non plus, ne me fais pas dire des choses…  mais voilà, en 2015, je suis toujours positif, c’est tout, c’est comme ça. En tout cas, je ne me plains pas, au contraire, je trouve que l’humanité va dans le « bon sens » (wow, le gue-din, il l’a dit !), j’en veux pour preuve l’invention du gant tactile pour Iphone et de la couette à bras pour lire dans le lit sans avoir froid…

Bref, on a fait des progrès sur le « vivre ensemble » et j’espère que quand tu liras ça, ben je sais pas moi, on considérera enfin les migrants de tous horizons comme frères et sœurs à qui accordera les mêmes « chances » qu’à nous, on ne vandalisera plus des photos de couples homosexuels, que les cinglés fanatiques auront enfin compris qu’aucun dieu ne mérite que l’on tue des gens pour lui. Bon, ça va, c’est pas non plus des objectifs inaccessibles ! (pense « caca de licorne »).

Aussi, je te souhaite un monde meilleur ma petite, comme tant de générations l’ont souhaité avant moi à leurs enfants… Ola, attends, quelle belle connerie ! En fait, je te souhaite pas ça Margaux. C’est pas un monde meilleur qu’il nous faut, c’est juste améliorer au quotidien celui dans lequel on vit. Si tu fouilles, il y a tellement de personnes intelligentes, avec des idées de folies, de l’énergie à revendre ou tout simplement à donner, partager. Si tu fouilles, il y a des tas gens avec du talent, de l’amour, des bons grains de folie. Si tu fouilles, il y en a tellement des gens assez intelligents pour ne pas se laisser avoir par les artefacts de la facilité, des raccourcis, des amalgames. Libre à toi d’écrire l’avenir avec eux.

Avant d’être totalement un vieux con Margaux, je te souhaite de rencontrer le monde encore mille fois plus fort, qu’il bouscule toujours ta façon de penser, qu’il te remette en question, qu’il te fasse aimer la vie, la vie à deux cent pour cent ou à deux sang pour sans, c’est toi qui choisis ma fille. Avant d’être totalement un vieux con Margaux, je nous souhaite un pays où le FN ne gouverne absolument rien, ou tout au plus, quelques flots de salives, un soir au fond d’un café à débattre des aléas du passé.

 

J.W