Alors je serai une île

Alors je serai une île, Julien Weber

Lorsque je cesserai de pleurer,
Que je cesserai d’avoir peur,
Lorsque j’irai entre les murs des villes,
Là où mon souffle n’en finit jamais de se perdre.

Lorsque je n’aurais plus mal au cœur,
A force de me cogner aux parois de leur regard si étroit,
Que je pourrai les regarder sans trembler,
Pour leur dire,

Qu’ils m’ont rendu fou, ivre de colère,
Qu’ils m’ont fait douter de mon être le plus cher,
Ignoré mes cris, ma souffrance,
Qu’entre nous, ils ont érigé des murs d’indifférence.

Lorsque de leur dédain, de leur mépris,
J’en aurai fini d’apprendre la rage, la tristesse et la résignation.
Lorsqu’ils ne bâtiront plus cette prison,
Qui rêve d’enfermer mon esprit libre.

Lorsque j’en aurai fini de tailler ma route en solitaire,
A travers les vents de la révolte,
Nageant à tâtons dans les contretemps,
Loin de tous ceux qui me privent de rivages.

Lorsque je n’aurai plus besoin de prier…
Pas leur dieu bien sûr,
Mais seulement mon esprit,
Le suppliant de ne pas me lâcher…

Lorsqu’après l’exil je reviendrai,
Apaisé d’avoir pu contempler mes défauts,
Laissant derrière moi celui que je devais être,
Trop fort, trop heureux ou bien trop beau.

Lorsque je serai enfin moi-même,
Alors je serai une île.

Une île,
Au milieu de l’humanité,
Fier de n’être qu’un bout de terre,
Tenant bon parmi les vents, parmi les vagues.

Univers de tranquillité,
Détaché du monde et de ses querelles,
J’offrirai mon point de vue,
A tous ceux qui se sentent perdus.

Les autres pourront bien m’aborder de force,
Je laisserai le courant les emporter,
Ils se frapperont à grands coups sur mes récifs,
Goûteront au tranchant de mes rochers.

Je laisserai les oiseaux voler au-dessus de ma tête,
Dans leur course au ciel, je les suivrai,
Rafiot craquant pris dans les flots de l’éternité,
Nous partagerons la paix entre ceux qui savent contempler.

Mystère de la nature,
Petit bout de rien aux contours fermés,
Je serai l’enfer de ceux n’ont jamais galérer,
Un paradis pour les miens, c’est certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *