1981

1981 By Julien Weber

 

Lorsque ma mémoire fleurte avec ses fantômes,
Que dessous les mouchoirs,
Se révèlent les visages enfuis,
Témoins d’une gloire ou d’une défaite passée.

Lorsqu’au bout des non-dits,
Des rêves aux ailes brisées mais tout de même envolés,
Aux frissons des mélodies d’une vie,
J’ai le courage de vous regarder.

Ais-je échoué ?
Me suis-je trompé ?
Et ce futur si déterminé,
Aurai-je l’audace de le changer ?

Au-delà de mes galères,
J’ai parfois l’impression qu’en bateau,
Je me suis fait emmener…
A d’autres moments pourtant,
C’est l’amour qui m’a emporté.

Aujourd’hui je comprends,
Que je n’ai pas fini…
Pas fini de payer les pots que j’ai pas cassés,
Rafistolés des pansements à l’âme que je me suis collés.

Mais vous, qui savez apprécier les bosses, les craquelures,
Peut-être que si vous vous penchez,
Sur mon cas comme on se penche au trou d’une serrure,
Vous verrez aux travers de mes fêlures…

Un reflet de chaleur dorée,
La lumière d’une bougie,
Qui éclaire de mille feux,
Un phare au milieu,
Qui n’en finira jamais de briller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *