Homo-sapiens

Homo-sapiens - Julien Weber

À mon premier réveil,
Lorsque je pris corps hors de celui de cette femme,
Que bientôt j’appelais Mère,
J’ouvris les yeux sur ces étendues de glaces,
Offrant à la nature l’écho de mes cris,
Et la chaleur de mon souffle se perdit en nuées dérisoires.

 

J’étais l’innocence mais déjà le combat,
J’étais l’instinct mais déjà l’humain,
Mes espoirs étaient ceux de tout un peuple.

 

Savais-je que j’étais l’Ancêtre ?
Qu’on me nommerait primitif ?
Étais-je déjà l’empreinte fossile ?

 

J’étais simplement le clan, la chasse, le tailleur de pierre, le nomade.
J’étais la baie, le fruit, la peau de l’ours, les bois du cerf, l’écaille du poisson…
J’étais l’origine, la découverte, l’homme neuf qui se dressait sur ses pieds pour comprendre.

 

J.W