Honneur et poussières

Honneur & poussières - Un texte de Julien Weber

Autour de moi, le souffle court et nerveux, je ne distingue rien d’autre que des murs de bois sur lesquels je me jette avec fracas et qui ne cèdent pas. Le sang coule le long de mon cou, de rage je martèle le sol et soulève la poussière, j’ai beau être exceptionnellement fort et robuste, je ne peux rien contre les barreaux de cette prison. Les coups répétés, la chaleur, me font perdre la tête, je sens mon âme sombrer vers le vide lorsque dans un râle de désespoir je m’effondre de toute ma masse. Maintenant à terre. Humilié. Dévêtu de mon honneur, je la vois… Seule sa présence m’apaise car elle seule peut m’assurer que tout sera fini dans un instant.

Un homme aiguise, son couteau à côté de moi, il va me trancher la gorge, scier mes cornes, me couper les oreilles et la queue. Il paraît qu’ils font toujours ça quand ils gagnent contre le taureau.

Il paraît que c’est ainsi qu’ils rendent honneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *