Ô Capitaine, F***K Capitaine

Ocpaitainefuckcapitaine-sanstexte

La nuit tarde et moi je veille,
C’est pas l’Aria de Beethoven,
Plutôt l’Hallelujah de Buckley,
Qui ce soir accompagne ma peine.

A toi le bateau,
Moi naufragé, je trinque !
Tout ce que tu attendais de moi,
Le Cargo que tu voulais que je sois,
La radeau que je ne serai même pas..
Capitaine, mon capitaine,
C’est l’avarie de tes envies qui me noie.

Tu sais,
J’ai jamais appris les cartes, les latitudes, les compas.
J’ai préféré retenir par cœur le goût des étoiles.
Et même si couler maintenant, ça me fait mal,
Franchement ma vie de rêveur, je ne la regrette pas.

Je confie mon amour,
Aux alcôves d’oxygène,
Aux interstices de lumières.
A ces heures où je sombre,
Je ne suis coupable de rien,
Je vole déjà au-dessus de mes peines,
Loin de mes solitudes,
Loin de nos quotidiens,

Je suis bien.

Julien Weber

 

Photo & Design : Julien Weber / Visuels Freepik