A contretemps by J.W

Déluré

Me voici, Humain dans son dénudement le plus complet. Je détisse le fil de l’égo, j’avance en simplicité. En objectivité je jette derrière moi les prétentions, Les ambitions délétères. J’avance avec ceux qui me restent, Avec leurs envies et leur respect. Leur dimension est mienne,[…]

demain

Demain

Demain, Lorsque je serai à l’heure des fous, Dans le plus dur des tourments, Dans la plus grave de mes guerres, Demain, Lorsque mon cœur sera sur le point de rompre, Que je verrai la nuit s’abattre, Quand le vide deviendra immense, Un trou béant[…]

Célestes

Et voici nos deux corps, Célestes… Planant au-dessus de leurs désirs, Enlacés, Frissonnant encore de s’être envolé, Avant de se heurter. Ils frôlent leurs peaux, En silence, Divines caresses, Particules d’extase, A qui il ne faut pas plus de mots que d’étoiles, Pour se promettre[…]

vieuxlion - Texte et Design de JW

Oh Wimbowe

Les vieux hommes deviennent des lions, lorsque le soir venu, assis sur leur derrière, ils regardent courir les gazelles en pleurant. J.W

cuirasasphalte

Cuir contre asphalte

Sous ma semelle de cuir, danse l’asphalte. Mes pieds, Comme des vieux bouts de pneu, Usés, limés jusqu’à la jante, S’en vont parmi mes rêves. Vagabond sous l’avalanche des kilomètres, De routes douces en distances à la peau dure, J’enjambe le bitume et l’horizon, Je[…]

cadillac

J’appartiens au vent III

Allez, venez ! Que le diable nous emporte, Si nous trouvons l’audace de sortir nos têtes, Nous, vers de terre aux pensées singulières, Nous les drogués de la vie, Nous les paumés célestes, Prenons nos ailes pour toutes jambes, Cessons de ramper, Courons à notre[…]

By Julien Weber

A vif

Vous mes mots, A qui je dois mon envol, Je vous demande une dernière fois d’imprimer cette phrase, Dans l’esprit, dans la boue, dans leur chair… Faîtes résonner vos voix au-delà de toute frontière, Atteignez les fous et l’oreille des sourds, Gravez les peaux, soyez[…]

vodka-rouje by Julien Weber

Vodka rouJe

De cette Russie qui arpente mes veines, Je n’en connais que le contour des mots. Viens t’en dans mon coeur jouer l’Arlésienne, Moi qui t’ai toujours vu si belle sur le tableau. Que mes yeux t’imaginent en un mirage, Lorsque la Volga coule le long[…]

liberte

Retour sur terre

Pour le prisonnier qui cogne dans mon ventre, le sang de ses mains coule dans mes veines, Pour lui qui hurle entre mes barreaux, Sa voix s’enraye dans ma gorge. Pour lui qui désespère, seul dans sa cellule, Ses larmes perlent à mes yeux. Pour[…]

futur

Des preuves de mon futur

Futur. Quelle est cette langue au-delà de mes paroles ? Quels sont ces gestes au-delà de mes mains ? Et pourquoi mes yeux dépassent mes mots ? Pourquoi ma peau frisonne de ces rencontres ? Serai-je toujours aussi heureux au son de vos voix ?[…]

tigre-et-dentelles-2

Tigre & dentelles

Sous ma peau, le désir danse. Il est un fauve que rien apaise, Aucune parole, aucun geste, Juste la chair promesse, D’une louve et de ses tendresses. Et il tourne en rond dans sa prison de sang, Comme un tigre blanc fragile et docile, Épris[…]

bebe

Fragile

Du haut de ma petite réalité, j’imagine que sur cette planète, des milliards d’êtres s’emploient comme moi, chaque jour, à aimer leurs enfants, à les éduquer, leur transmettre des valeurs de partage et de respect de l’autre, les faire grandir, leur souhaiter de vivre dans un[…]

Cosmogonie Julien Weber

Cosmogonie

Voyageurs infinis, À travers les particules d’espace, Nous empruntons des chemins sidérants, Au milieu des parcelles d’univers indécises. Entre nous, Des fragments d’atomes éclatent, Les astres nous consolent de naître poussière, Et nous invitent à flotter avec eux. Enfin nous quittons la terre et non,[…]

jesuis

So long

Je garderai d’eux cette image, qu’ils étaient les boulons d’une grosse imprimerie offset, d’une de ces machines intemporelles mécaniquement fiables, dont les rotors ne cessaient de tourner pour imprimer des mots, des dessins, des idées, des concepts, des opinions, des rires, des mille et une[…]

Ceux qui rêvent - Julien Weber

Ceux qui rêvent

Pour ces chapes de plomb qui pèsent sur vos têtes, Ils rêvent. Pour fuir vos âmes grises, confites d’ennuis, Ils rêvent, Pour vos risques calculés, vos colères maîtrisées, Ils rêvent, Pour vos mains froides, qui portent misère comme une croix en terre, Ils rêvent, Pour[…]

Homo-sapiens - Julien Weber

Homo-sapiens

À mon premier réveil, Lorsque je pris corps hors de celui de cette femme, Que bientôt j’appelais Mère, J’ouvris les yeux sur ces étendues de glaces, Offrant à la nature l’écho de mes cris, Et la chaleur de mon souffle se perdit en nuées dérisoires.[…]

Aux heures improbables JW

Aux heures improbables

Aux heures improbables, Lorsque les fleurs du mal sont écloses, Pétales sombres au goût de souffre, Pistil de noir, Distille le temps, Disent-ils la nuit ! Mignonne, N’allons pas voir si, N’y allons pas, restons ici ! Vieillissons, pourrissons sagement, Comme des roses séchées, Chacun dans notre[…]

trajectoire by J.W

Trajectoire

Nous sommes des astéroïdes, Des comètes. Fragments de pierres lancées, A vive allure dans l’univers, Nous suivons des trajectoires, Traversons le vide sidéral, Transperçons les galaxies. Nous brillons, nous brûlons, Tant que les cieux nous le permettent, Ici et là nous courons à notre perte.[…]

vieuxpere

Tu sais quoi, Grand-père ?

Te souviens-tu de ta dernière nuit ? La dernière avant que tu ne partes, La tête haute, loin des seringues, et des bips du moniteur, Loin de cette foutue machine, Qui te faisait croire que tu respirais. En rêve, frais comme un gardon, Tu es venu[…]

jai2

J’ai, dans le ventre…

J‘ai dans le ventre une tempête, Un fracas permanent, Qui me déchire les tripes, Mélange mon sang à l’océan.   Au fond de ma gorge, Rien que du sel,   Sur ma langue, Rien que des mots,   Dans mes yeux, Rien d’impossible.   J.W

mabouch3

Ma’bouch

Ma bouche fait le son d’un vieux violon, imprégnée de sueur, de bronze et de bois, Elle étale son souffle sur le tapis d’un grenier girond, Chante, grince, grimace, rit et pleure parfois.   Sur une armée de plombs aux reliefs imprécis, Le vent siffle[…]