La danseuse

Son regard est empreint de fierté, d’impertinence ; elle sait que sa beauté pourrait rendre fou d’amour n’importe quel homme et moi, pauvre hère, je suis complètement ensorcelé. Elle a plongé ses yeux droits dans les miens, me mettant au défi de la rejoindre. De nouveau elle claque sèchement le talon de sa chaussure sur le sol puis me tend la main, balançant ainsi délicatement ses hanches d’avant en arrière.

 Lorsque je la vois esquisser un sourire, j’imagine déjà le goût de ses lèvres, parfumées de mes pires tentations. Alors avec assurance, je m’approche d’elle, la saisit pleinement par la taille et l’enserre contre moi. Plus rien d’autre que nous n’existent à présent, nous dansons sur le fil du néant.

Je connais les gestes par coeur, je sais la faire tourner au rythme des guitares endiablées, lâcher sa main dans un tourbillon puis la rattraper au dernier moment. Nos ébats possèdent une telle grâce, une fierté si
extraordinaire que la sibylline brune, partenaire des ballets de mes nuits, s’abandonnent totalement à moi, conquise tel un pur-sang venant d’être maîtrisé par un cavalier émérite. La musique s’arrête soudainement.

Je la redresse et l’enlace de toutes mes forces, elle ne bouge plus. Son regard docile se pose dans le mien, ses lèvres s’approchent doucement… Dans le néant, dévorés par la passion, nous ne formons plus qu’un.

Extrait du Tome 1 – Chapitre 6 – J’appartiens au vent de Julien Weber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *