By Julien Weber

A vif

Vous mes mots, A qui je dois mon envol, Je vous demande une dernière fois d’imprimer cette phrase, Dans l’esprit, dans la boue, dans leur chair… Faîtes résonner vos voix au-delà de toute frontière, Atteignez les fous et l’oreille des sourds, Gravez les peaux, soyez[…]

Reflets-silence2

Les reflets du silence

Au milieu de mes décombres, Maison de mon cœur effondrée, Je tapisse des murs d’ombres, De ruines pensées, vaguement égarées. J’ai marché plus que de raison, Dans le labyrinthe de mon passé, J’ai brûlé le soleil à tâton, sur ton fil, mon Ariane dénudée. J’ai[…]

naitre

Né pour se battre, Né pour brûler, Né pour courir, Né pour en chier, Né pour aimer, Né pour un désir, Né pour pleurer, Né pour être, Né pour comprendre, Né pour veiller, Né pour devenir, Né pour rêver, Né pour engendrer, Né pour apprendre,[…]

Cosmogonie Julien Weber

Cosmogonie

Voyageurs infinis, À travers les particules d’espace, Nous empruntons des chemins sidérants, Au milieu des parcelles d’univers indécises. Entre nous, Des fragments d’atomes éclatent, Les astres nous consolent de naître poussière, Et nous invitent à flotter avec eux. Enfin nous quittons la terre et non,[…]

Ceux qui rêvent - Julien Weber

Ceux qui rêvent

Pour ces chapes de plomb qui pèsent sur vos têtes, Ils rêvent. Pour fuir vos âmes grises, confites d’ennuis, Ils rêvent, Pour vos risques calculés, vos colères maîtrisées, Ils rêvent, Pour vos mains froides, qui portent misère comme une croix en terre, Ils rêvent, Pour[…]

Homo-sapiens - Julien Weber

Homo-sapiens

À mon premier réveil, Lorsque je pris corps hors de celui de cette femme, Que bientôt j’appelais Mère, J’ouvris les yeux sur ces étendues de glaces, Offrant à la nature l’écho de mes cris, Et la chaleur de mon souffle se perdit en nuées dérisoires.[…]

trajectoire by J.W

Trajectoire

Nous sommes des astéroïdes, Des comètes. Fragments de pierres lancées, A vive allure dans l’univers, Nous suivons des trajectoires, Traversons le vide sidéral, Transperçons les galaxies. Nous brillons, nous brûlons, Tant que les cieux nous le permettent, Ici et là nous courons à notre perte.[…]