Ô Fantomes

Ô Fantômes du passé, Que reste-t-il de vous aujourd’hui ? Vos voix comme des couteaux, Des regards toujours aussi tranchants, Des coupures qui me blessent encore… Vous m’avez appris le mal, L’injustice et le manque de justesse. Vous, votre jugement, vos sentences. Le couperet aiguisé…[…]

graindebeaute

Grain de beauté

J’ai semé les grains de ta beauté, Dans le grenier d’un souvenir, Le fruit de ta peau nue, Dans un rêve fané. Ce jour manqué, je compris, Que mes regrets, Auraient le goût de ton corps, A jamais. J.W  

Texte et design de Julien Weber

Route!

Tu sais Route, Je t’ai devant les yeux. Toi. Seulement toi. Toujours toi qui reste la même. Tu es belle à en crever, gorgée de sang, de soleil, Je t’ai dans la peau, toi et tes dix mille libertés. Quand je rêve, je vois tes[…]

Texte de Julien Weber

Oasis

Il est des exils qui emmènent trop loin, des voyages aux retours impossibles. Il est des horizons éteints à jamais, des ciels aux étoiles mortes qui ne guident plus. Les marcheurs s’éloignent l’un de l’autre, perdent leurs traces dans la poussière. Bientôt, le sable prend[…]

Ocpaitainefuckcapitaine-sanstexte

Ô Capitaine, F***K Capitaine

La nuit tarde et moi je veille, C’est pas l’Aria de Beethoven, Plutôt l’Hallelujah de Buckley, Qui ce soir accompagne ma peine. A toi le bateau, Moi naufragé, je trinque ! Tout ce que tu attendais de moi, Le Cargo que tu voulais que je sois,[…]

naitre

Né pour se battre, Né pour brûler, Né pour courir, Né pour en chier, Né pour aimer, Né pour un désir, Né pour pleurer, Né pour être, Né pour comprendre, Né pour veiller, Né pour devenir, Né pour rêver, Né pour engendrer, Né pour apprendre,[…]

Cosmogonie Julien Weber

Cosmogonie

Voyageurs infinis, À travers les particules d’espace, Nous empruntons des chemins sidérants, Au milieu des parcelles d’univers indécises. Entre nous, Des fragments d’atomes éclatent, Les astres nous consolent de naître poussière, Et nous invitent à flotter avec eux. Enfin nous quittons la terre et non,[…]

vieuxpere

Tu sais quoi, Grand-père ?

Te souviens-tu de ta dernière nuit ? La dernière avant que tu ne partes, La tête haute, loin des seringues, et des bips du moniteur, Loin de cette foutue machine, Qui te faisait croire que tu respirais. En rêve, frais comme un gardon, Tu es venu[…]