Vent d’Est

Vent d'Est by Julien Weber

De cette Russie qui arpente mes veines,
Je n’en connais que le contour des mots.
Viens t’en dans mon cœur jouer l’Arlésienne,
Moi qui t’ai toujours vu si belle sur le tableau.

Que mes yeux t’imaginent en un mirage,
Lorsque la Volga coule le long de mon stylo,
Ce soir c’est avec l’âme slave que je voyage,
Et l’abus de vodka fait tanguer le bateau.

Qu’on me donne bistrot l’histoire à refaire !
Du rouge d’octobre, du rouge sang au gout de fer,
Laissez le vent pousser mes vers et boire mes utopies,
Il porte en lui le son des balalaïkas, le son d’une vie.

J.W

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *